Stage projet EvalTraite « Production de lait de jument : état des lieux des pratiques et étude de l’impact de la méthode de traite sur la qualité et la quantité du lait de jument, et le comportement des animaux »

N/D @equi-ressources dans Administrations / Socio-professionnels
  • Publié le : 6 janvier 2022
  • 0 Cliquez sur(s)
  • Partager:

Détail De Travail

  • Reference Equi-ressources S30696

Description

Poste et missions

** Le plateau technique de la station expérimentale de Chamberet ** Le plateau technique se situe à Chamberet, en Corrèze (19). La structure s’étend sur 130ha et accueille 170 chevaux. Les thèmes principaux de recherche sont la médication, le pâturage, les nouvelles technologies dans l’élevage et la reproduction. L’objectif du plateau technique est d’acquérir des connaissances techniques relatives à l’élevage des équidés et de les retransmettre à la filière. * Contexte Le lait de jument est connu pour sa composition proche du lait de femme ce qui en fait un bon substitut au lait maternel, mais aussi pour ses bienfaits en cosmétologie. En France, la filière lait de jument est en développement. Cependant, cette production reste marginale et la recherche autour de cette filière est peu développée. Des facteurs intrinsèques influencent la quantité et/ou la qualité de lait produit, tels que le poids vif, l’âge ou la parité de la jument, mais peu d’éléments techniques ont été étudiés jusqu’à maintenant. Suite à une enquête menée en 2021 par la SFET (Société Française des Équidés de Travail) auprès des producteurs de lait d’équidés nous avons constaté qu’une majorité d’éleveurs (63%) ont recours à la traite mécanique, qu’un quart pratiquent la traite manuelle et que 11% ont recours aux deux méthodes de traite. Les répercussions de ces pratiques (traite manuelle ou mécanique) sur le volume et la quantité de lait produit ne sont pas connues à ce jour. Les pratiques globales n’ont de même jamais été questionnées : peu d’informations existent sur le mode et la durée de séparation de la mère et du poulain ou la stimulation des trayons avant la traite. Dans ce projet, nous proposons de répondre à ces questions en organisant des consultations avec les producteurs afin de faire un état plus complet des pratiques. Nous souhaitons fournir des données techniques en étudiant expérimentalement l’impact des 2 méthodes de traite sur le lait (quantité & qualité), mais aussi le comportement des juments et poulains. Les attentes sociétales autour du bien-être animal étant de plus en plus fortes, il nous semble important d’examiner l’impact des différentes pratiques autour de la production laitière sur l’inconfort (ponctuel) voire l’état de bien-être (chronique) des animaux. * Description du protocole Durant le premier mois de lactation, une habituation aux protocole de traite, et notamment à la traite mécanique, aura lieu. Cela permettra aux juments de se familiariser avec le lieu utilisé pour la mise en œuvre du protocole ainsi qu’au bruit de la trayeuse, notamment. Des tests comportementaux auront aussi lieu à ce moment-là, afin d’évaluer le comportement des juments et des poulains face à ce nouveau stress. A partir du second mois, et une fois par mois jusqu’à 6 mois, trois jours de manipulation auront lieu. Le premier jour, l’un des deux lots sera trait de manière manuelle. Le second jour, les deux lots seront traits de manière mécanique. Le troisième jour, le second lot sera trait de manière manuelle. Ainsi, à chaque mois de lactation, toutes les juments seront traites de manière manuelle et de manière mécanique. Pour chacune de ces journées, deux traites auront lieu. Une le matin (environ 10h) et une l’après-midi (environ 15h). Au préalable de chacune de ces traites, les poulains seront muselés une heure avant. A chaque traite, la quantité de lait récoltée sera pesée. En outre, avant et à la fin de chaque traite, des prélèvements sanguins seront réalisés. Pour la partie portant sur l’évaluation comportementale, les réactions des juments et poulains seront mesurées selon les méthodes classiques de l’éthologie, au cours des différentes étapes de la procédure de traite : lors de la phase pré-traite quand l’accès à la tétée du poulain est empêché (phase d’une durée d’environ 1 heure), pendant la traite et pendant l’heure suivant la « réunion » des mères et jeunes. Cela nous permettra, d’une part, de caractériser les réactions des juments et poulains (budget d’activités, agitation, agressivité, nombre de tentatives de tétée du poulain…), en amont de la traite lorsque le poulain n’a plus accès à la tétée, ce qui peut être une source de stress non négligeable compte tenu du rythme de tétée important des poulains (en moyenne 1 à 2 tétées par heure entre l’âge de 2 et 6 mois). Le comportement des deux partenaires lors de la réunion pourra également nous renseigner sur la perception de la procédure globale. Ainsi, nous mesurerons les relations spatiales au sein de la dyade (temps passé à différentes distances) et la fréquence et le type d’interactions échangées entre mère et poulain. Pendant la traite, il s’agira de mesurer les réactions, plus particulièrement, des juments en fonction de la méthode de traite et d’examiner leur évolution au cours des traites successives pour tester une éventuelle habituation (ex : traite du matin versus celle de l’aprèsmidi et évolution des réactions au cours de la période d’allaitement). Des observations des couples mère-jeune seront réalisées en parallèle dans un contexte « normal » afin d’avoir une situation de référence. L’ensemble des mesures comportementales seront complétées par des mesures physiologiques, incluant le dosage du cortisol et le dosage d’ocytocine. Nous pourrons ainsi notamment comparer la variation de réponse hormonale entre la stimulation de la mamelle par le poulain vs une stimulation artificielle comme la traite. Les prélèvements sanguins seront réalisés avant et en fin de traite, et avant et en fin de tétée spontanée. * Missions Le stagiaire sera amené à participer aux manipulations sur le terrain sur le plateau technique de la station expérimentale de Chamberet au cours des traites manuelles et mécaniques avec : – Entrée des données dans une base de données, – Aliquotage des échantillons de lait et de sang, – Traitement statistiques des données relatives à la quantité de lait produit. * Période Idéalement, le stage débuterait le 18 avril 2022 pour une durée de 6 mois. Les dates peuvent être amenées à évoluer en fonction des disponibilités de la candidature retenue. * Profil recherché Stage de 6 mois rémunéré avec possibilité de logement sur place (logement type colocation). Nous attendons un candidat de master 2 ou d’école d’ingénieur ayant une bonne maîtrise du langage R. ** Candidature ** Merci de transmettre CV et lettre de motivation

Votre profile

  • Fromation : Niveau 7 (Bac + 5)
  • Formation en cours : Diplôme d'ingénieur (Niv 7)
  • Diplôme : 0

L’entreprise

Etablissement public administratif sous double tutelle des Ministères en charge de l’agriculture et des sports. L'établissement est au service des acteurs de la filière équine avec pour principales missions de :

D'autres emplois susceptibles de vous intéresser